me, myself & the road...

me, myself & the road...


Voilà, j’y suis. Après quelque années d’attente, me voici enfin au volant de ma première voiture… de location.


Remettons un peu les choses dans leur contexte…

Après avoir passé mon adolescence à moitié sur ma « Mob » et à moitié à l’hôpital, j’ai commencé à passer mon permis à l’âge de 18 ans pour l’obtenir à l’âge de 26 ans.



Le présent road-trip que nous faisons tombe donc très exactement 1an après la date d’obtention de mon cher carton rose, sans quoi je ne pouvais pas louer de véhicule (ce qui réduisait drastiquement l’intérêt de notre road trip…).


Étant un citadin indécrottable, vivant à Paris et travaillant en caleçon depuis chez lui, je n’ai jamais ressenti le besoin d’acheter une voiture, je n’ai donc conduit que 2 fois grâce à la charité de mes chers beaux frères depuis l’obtention de mon permis.


Puis je me retrouve parachuté chez les kiwis avec un jet lag de 12 heures à conduire à gauche, sachant que je n’ai jamais conduit seul sans « accompagnateur ».

Présentée de la sorte, la situation doit provoquer chez vous un léger sourire, voire un rire narquois pour les plus vicieux d’entre vous (ils se reconnaîtront…)


Mais au risque de vous décevoir, les choses se passent plutôt pas mal.

Je dirais même très bien, seul souci… la route est longue, et il faut savoir que la patience n’est vraiment pas une de mes vertus… mais alors vraiment pas…


J’ai donc dû innover des façons de me divertir. Voici donc, sous vos yeux ébahis :


5 jeux à faire quand on s’ennuie sur la route et qu’on a eu son permis dans une pochette surprise :


  1. Le blind-test : rien à voir avec le quizz musical, il s’agit ici de voir combien de temps l’on peut tenir à 100km/h sur une route de campagne sans ouvrir un oeil. Le premier à rouvrir l’oeil a perdu.
  2. Le tenage de volant artistique : pourquoi toujours tenir son volant toujours à 10h 10h ? J’avoue être passé maître dans cet art. Ma position préférée étant le 10h 10h croisé, très athlétique… Sinon je vous conseille également de pimenter le tout en variant les membres que vous utilisez. La conduite avec les pieds restant un must !
  3. L’insultage d’autrui : il y a toujours quelqu’un à insulter sur la route. Perso j’aime beaucoup donner des petits noms aux autres usagers de la route. Par exemple : les pépères sont les personnes qui me collent au train et les sales c.. ceux que je colle au train (non non maman, je ne fais jamais ça 😉
  4. Le pilage touristique : cette discipline doit être pratiquée de préférence par temps de pluie, en descente et dans un virage sans visibilité pour être validée. Pour effectuer un pilage, il vous suffit de presse violemment sur le frein sans même prendre la peine de regarder dans le rétro, dans le seul but de « Prendre une choulie photo » (marche également pour regarder directement sa direction sur la carte)
  5. Le je suis un français alors pousse toi ! Pour celui-ci il vous suffit de vous placer sur le bon côté de la route (le vrai, à droite) et d’attendre qu’un Kiwi se pointe en sens inverse. A ce moment là, il vous faut user d’une persuasion animale et forcer du regard cet indigène à se rabattre sur la côté… non mais !